Développement de la filière maïs au Togo : Les Elus de la CTOP montent au créneau
Devant une pléiade de journalistes, le Conseil d’Administration de la Coordination Togolaise des Organisations Paysannes et de Producteurs Agricoles a fait savoir sa position par rapport au développement de la filière maïs au Togo. C’était au cours d’une conférence de presse tenue le vendredi 12 juillet 2013 à son siège à Lomé.
Il convient de rappeler que cette déclaration fait suite à un atelier de réflexion et de prise de position pour le développement des filières céréalières en général et la filière maïs en particulier.
Voici l’intégralité de ladite déclaration.

DECLARATION FINALE


La CTOP et ses faîtières membres ont tenues du 10 au 11 juillet 2013 à Lomé, au Togo, un atelier de réflexion et de prise de position pour le développement des filières céréalières en général et la filière maïs en particulier au Togo.

Les travaux ont été organisé en trois points : (i) une séance d’information qui a été marquée par des échanges thématiques sur l’importance de la filière maïs au Togo et le processus de plaidoyer pour une meilleure commercialisation du surplus du maïs par les organisations paysannes ; (ii) un échange sur les difficultés vécues par les producteurs et leurs organisations autour de la filières pour le compte de la campagne 2013 - 2014; (iii) des propositions de pistes de solutions pour améliorer l’accès aux intrants (engrais et semences) et la commercialisation du surplus de maïs.

Sur la base des communications et des analyses du contexte, les participants à l’atelier se sont prononcés sur ce qui suit :

En ce qui concerne la CTOP, la plate-forme nationale des OP :

Elle est créée le 10 juillet 2001 par les producteurs et a pour but de promouvoir et de défendre en permanence la valeur d’une agriculture professionnelle, compétitive, et durable au service des exploitations agricoles paysannes familiales. Elle compte à ce jour quinze (15) faîtières d’Organisation Paysanne représentant les différentes filières d’OP que sont : la Fédération Nationale des Groupements de Producteurs de Coton (FNGPC), la Centrale des Producteurs de Céréales du Togo (CPC Togo), la Fédération des Unions de Producteurs de Café et Cacao du Togo (FUPROCAT), l’Association Nationale des Professions Avicoles du Togo (ANPAT), la Fédération Nationale des Producteurs des Filières Bétail et Viande du Togo (FENAPFIBVTO), la Fédération Nationale des Organisations Maraîchères du Togo (FENOMAT), le Réseau des Jeunes Producteurs et Professionnels Agricoles du Togo (REJEPPAT), l’Union des Coopérative de Pêche Maritime (UNICOOPEMA), le Mouvement Alliance Paysanne du Togo (MAPTO), l’Association Paysanne pour la Communication des Ruraux (APCR), le Réseau des Promotrices d’Agro-industrie du Togo (REPROMAT), le Réseau National des Organisations Paysannes (RENOP), le Réseau des Centrales d’Autopromotion Paysanne (RECAP), la Fédération des Organisations Paysannes de la Savane (FOPAS) et l’Amélioration et Développement des Exploitations Agro-Pastorales (ADEPAP). Elle dispose d’un Conseil d’administration composé de 13 producteurs élus le 06 novembre 2012 pour un mandat de trois (03) ans renouvelable une seule fois et d’un Secrétariat exécutif composé d’une dizaine de techniciens recrutés. Dans le premier trimestre de cette année 2013, la CTOP a mis en place dans les cinq (05) régions économique du pays, des Coordinations Régionales des Organisations Paysannes et de Producteurs Agricoles (CROPPA) qui ont pour mission de veiller à l’accès des producteurs aux intrants agricoles de qualité, en quantité suffisante et à temps, de contribuer à une meilleure commercialisation de leur produit et au renforcement des capacités et du leadership. Plus de 300 000 exploitants agricoles familiaux sont membres de la CTOP.

En ce qui concerne le maïs au Togo

La CTOP réaffirme l’importance du maïs dans l’économie nationale et l’alimentation des populations togolaises. En effet, sur une superficie totale 914 125 ha (DSID, 2013) emblavée en céréale, le maïs a occupé près de 613 966 ha et sur une production 1 187 730 tonnes de céréales, le maïs occupe 807 477 tonnes soit près de 68%. Ce qui dénote l’importance du maïs dans la vie des producteurs togolais.
Il est aussi important de relever que, après la crise alimentaire internationale de 2008 qui n’a pas épargné notre pays, le gouvernement togolais et ses partenaires ont initié de nombreuses actions qui ont contribué à la relance du secteur agricole et l’augmentation de la production. Depuis lors, notre pays a enregistré des excédents importants de production céréalière notamment le maïs. En effet, durant les campagnes agricoles 2009/2010, 2010/2011 et 2011/2012, le Togo a enregistré des excédents de maïs respectivement de plus de 90 000 T, 76 489 T et 81 495 tonnes. Les prévisions pour les campagnes à venir estiment la production à la hausse grâce à la mise en œuvre du Programme National d’Investissement Agricole et de Sécurité alimentaire (PNIASA) dont le maïs constitue l’une des filières prioritaires. Toutefois, il est nécessaire de relever les difficultés suivantes rencontrées par les producteurs:

En ce qui concerne l’accès aux intrants notamment les engrais et les semences, la CTOP :

(i) salue les efforts de l’Etat à travers des mesures de subvention des intrants et la distribution gratuite des kits d’intrants aux producteurs vulnérables de notre pays dans le cadre du Projet d’Appui au Développement Agricole au Togo (PADAT) ;

(ii) reconnait l’engagement et la motivation de certaines OP pour la collecte des besoins, la mobilisation des ressources financières à travers les IMF et la commande des engrais au profit de leurs membres ;

(iii) déplore l’insuffisance des engrais minéraux disponibles dans les régions malgré la mobilisation de ressources financières par certaines OP ;

(iv) déplore la mise à disposition tardive des engrais minéraux (NPK et Urée) et des semences par rapport au calendrier cultural ;

(v) regrette la limitation, au cours de la campagne en cours, des quantités d’engrais à acquérir par les producteurs individuels à 100 Kg sans tenir compte des superficies réellement emblavées ;

Pour la commercialisation des céréales en général et du maïs en particulier, la CTOP:

(i) reconnait l’amélioration des prix au producteur grâce à l’intervention de l’ANSAT ;

(ii) note la capacité limitée de stockage de l’ANSAT dans le cadre de la constitution du stock de sécurité ;
(iii) Constate un quasi-monopole du marché de l’exportation du surplus de maïs par l’ANSAT et un refus d’exportation du maïs par les OP au cours de la campagne passée,

(iv) note encore la disponibilité de stocks importants de la campagne passée auprès des producteurs et de leurs organisations ; situation pénalisant les producteurs dans le remboursement de leurs crédits auprès des Institutions de Micro-finance

En conséquence, la CTOP et ses faîtières membres s’engagent :

A poursuivre les efforts de collecte des besoins des OP en intrants à temps à travers la mise en place d’un dispositif efficace de collecte des besoins des producteurs membres avec l’appui des structures du Ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche;

A utiliser les intrants agricoles mis à leur disposition par l’Etat de façon optimale pour améliorer la productivité ;

A promouvoir et renforcer la vente groupée et le warrantage.

Et recommandent à l’Etat :

En ce qui concerne la disponibilité et de la distribution des intrants :
1. Que les besoins exprimés par les producteurs organisés avec des ressources finalisées mobilisées soient totalement satisfaits ;

2. Que toutes les organisations pratiquant les achats et vente groupée soient accompagnées en sorte à faciliter le schéma de distribution

3. Mettre les intrants à la disposition des producteurs à temps dans toutes les régions du pays au moins au plus tard le 30 avril pour les régions maritime et plateaux et 31 mai pour les trois (3) régions septentrionales comme convenu lors de l’atelier bilan de la campagne 2010-2011 en avril 2011 à Kara mais de préférence avant février dans toutes les régions ;

4. Prendre les dispositions nécessaires pour que la collecte, la subvention la distribution des semences aux organisations paysannes se fassent à temps pour une utilisation optimum desdites semences en période des semis
S’agissant de la commercialisation des céréales :
5. D’évaluer le besoin exact en termes de quantité à mobiliser par l’ANSAT au titre de la constitution de stock de sécurité alimentaire ;

6. Prendre les dispositions pour que la collecte de stock alimentaire se fasse juste après la récolte ;

7. D’autoriser l’exportation des céréales par les producteurs et leurs organisations en cas de surproduction par la délivrance du certificat d’exportation aux OP par l’ANSAT ;

8. De céder une partie du marché du PAM actuellement exploitée par l’ANSAT directement aux OP ;

9. Poursuivre toutes les actions en vue de la promotion de la vente groupée des produits agricoles et les unités conventionnelles de ventes notamment le kilogramme.

Fait à Lomé, le 12 juillet 2013

Ont signé :

1. GNASSINGBE Assimarou, Président de la FENOMAT, Président de la CTOP
2. KARABOU Ambroise, membre FUPROCAT, 1er Vice-Président de la CTOP
3. KPENI Yawo, Président du RENOP, 2ème Vice-Président de la CTOP ;
4. OLOU ADARA Ayéfoumi, Président de la CPC Togo, Secrétaire Général de la CTOP,
5. TEGBA Toï, Président du REJEPPAT, Secrétaire Général Adjoint de la CTOP
6. MINGOUBE Léonard, Président de la FOPAS, Trésorier Général de la CTOP
7. AGBAKLA Helene, membre de la FUPROCAT, Trésorier Général adjoint de la CTOP,
8. Mme AGBERE Barietou, APCR
9. AYENU Koffi, Président d’honneur de la CTOP
10. KOMBATE Ouaridja, Président du RECAP, Conseiller de la CTOP
11. NAKPERGOU Noumpoa, RECAP, Président du collège des femmes, Présidente du Collège des femmes de la CTOP
12. BALLO Mamadou, Président de l’ADEPAP, Conseiller de la CTOP
13. TETEVI K. Koudzo, Président de UNICOOPMA, Conseiller de la CTOP


Video
Newsletter
@
Suivez-nous sur facebook