Etats des lieux accès aux intrants au Togo
>> Telecharger le document lié <<


Le Togo est un pays de l’Afrique de l’Ouest situé entre les 6e et 11e degrés de Latitude Nord et les méridiens 0° et 1°40 de Longitude Est. Il couvre une superficie de  56 600 Km² et s’étire sur une bande étroite d’une longueur de 650 km entre l’Océan Atlantique au Sud et le Burkina Faso au Nord et d’une largeur variant de 50  km  à  150  km,  entre  le  Bénin à l’Est et le Ghana à l’Ouest. Son relief est peu
accidenté, excepté la chaîne montagneuse de l’Atakora qui traverse le pays en écharpe du Sud-ouest au Nord-est.
Sa population est estimée à 5 598 000 habitants en 2008 avec 51,3% de femmes et 48,7% d’hommes. Avec un taux d’accroissement moyen de 2,4%, la densité de la population est passée de 34 habitants au km2  en 1970 à plus de 100 habitants au km² en 2007. Cette population est à dominante rurale (> 60%). Les jeunes de moins de 15 ans représentent 43,7% de la population totale.
Le pays jouit d’un climat intertropical qui varie sensiblement du Sud au Nord. Au sud,  il  est  du  type  subéquatorial  marqué  par  2  saisons  pluvieuses  (une  grande d’Avril à Juillet et une petite de Septembre à Novembre) et 2 saisons sèches  (une grande de Novembre à Mars et une petite de Juillet à Août); ce qui permet de faire deux cycles de cultures par an. Au nord, le climat est plutôt du type soudanien à 2 saisons :  une  saison  de  pluie  (Mai  à  Octobre)  et  une  saison  sèche  (Novembre  à Avril).  La  pluviométrie  moyenne  obtenue  ces  20  dernières  années  varie  de  800  à 1000  mm  par  an  dans  les  régions  les  moins  arrosées  (régions  maritime  et  des savanes) et de 1200 à 1400 mm par an dans les autres régions. 
L’agriculture  togolaise  est  essentiellement  pluviale  et  fortement  tournée  vers l’autoconsommation. Le paysage agricole est dominé par de petites exploitations (moins de 0,5 hectare). Selon le dernier recensement national de l’agriculture en 1996, 89% des parcelles sont labourées avec le petit matériel aratoire (houe, coupe-coupe), moins de 3% des superficies des cultures vivrières sont emblavées avec des semences  sélectionnées,  16% des parcelles reçoivent de l’engrais (12% en engrais chimique  et    4%  en  engrais organique)  et 25%  des  exploitations bénéficient d’un appui  conseil. Par  ailleurs, seuls  12%  des  ménages  ont  recours  au  crédit  de campagne.
Lors  du  Forum  National  du  Paysan  Togolais,  les  producteurs  ont  évoqué  des problèmes d’accès aux intrants agricoles. En effet, il était ressortit au cours  de ce forum le problème de disponibilité et d’accès aux intrants agricoles : (i) quantité des engrais étaient insuffisante, (ii) les semences améliorées n’étaient pas aussi en quantité suffisante et la qualité pas trop rassurante, (iii) circuit de distribution avec beaucoup de spéculation ; (iv) points de vente insuffisante et très éloignés des zones de  production ;  etc.  suite  à  ce  constat,  les  producteurs  ont  fait  des recommandations à l’Etat pour la campagne 2009 –  2010.  Au  terme  de  cette campagne,  il a été remarqué qu’une amélioration à certains endroits comme les quantités d’engrais qui ont été augmentées et le prix de vente revu à la baisse (de 12 500 à 11 000 F CFA). Cependant, beaucoup de problèmes demeurent encore et ont fait l’objet de débats au cours de la 2
ème édition du FNPT.
Les  véritables  problèmes  du  secteur  intrant  au  Togo  résumé  lors  du  FNPT  2  se déclinent comme suit : (i) absence d’un dispositif efficace de collecte de besoins des producteurs ; (ii) doses d’engrais recommandées ne répondent pas aux exigences de certaines  régions ;  (iii)  dispositif  de  distribution  des  intrants  peu  efficace  et  non connu  de  la  plupart  des  producteurs ;  (iv)  spéculation  forte  autour  des  engrais exportés vers les pays voisins du fait de son prix relativement bas ; (v) qualité des engrais mis en cause dans certaines régions comme Bassar où les résultats n’ont pas été satisfaisants ; etc..
Face à ce constat, il s’avère important de mener des actions pour améliorer la question des intrants au Togo et trouver des solutions à ces problèmes et de façon concertée avec les autorités publiques et les partenaires. Dans ce cadre, la CTOP qui est la Plate forme des Organisations paysannes du Togo qui regroupe les producteurs du Togo et qui a pour but de défendre l’intérêt des producteurs  en  vue  de  l’amélioration  des  conditions  de  vie  et  de  travail  des producteurs togolais à travers l’accès aux intrants a négocié avec son partenaire VECO West Africa, un appui pour la réalisation d’un plaidoyer. Pour ce faire, la CTOP  trouve important  de  faire  un  état  des  lieux  beaucoup  plus  approfondi  de  la situation des intrants au Togo afin d’avoir une base de données conséquentes à toutes actions de plaidoyer. Cet état des lieux n’est qu’une étape du processus de plaidoyer qui comprend entre autre la formation sur le plaidoyer et l’élaboration des argumentaires  de  plaidoyer,  la  rencontre  des  autorités  et  l’organisation  des émissions radios.

Video
Newsletter
@
Suivez-nous sur facebook