PASA
>> Telecharger le document lié <<

Projet d’Appui au Secteur Agricole PASA
 
Coût total du projet : 53. 9 millions de dollars US
 
Période de mise en œuvre du  Projet: 1er Juillet 2011 – 30 Juin  2016 (5 ans)
 
Que vise le PASA ?
Réhabiliter et renforcer les capacités productives des bénéficiaires ciblés dans les filières sélectionnées et favoriser un environnement institutionnel propice au développement du secteur agricole.
Combien de personnes bénéficieront directement du PASA ?
 
Environ 60.000 cultivateurs, 13.000 éleveurs, 1.300 pêcheurs et 500 marchands de poisson, dans les cinq régions administratives du Togo. En outre, environ 650,000 ménages pratiquant l’élevage de volailles ou de petits ruminants bénéficieront des campagnes de vaccination des animaux.
 
Quelles sont les grandes composantes du PASA?
Trois (3) composantes sont prises en compte par le PASA. Il s’agit de : (1) promotion des cultures vivrières stratégiques, des cultures d'exportation et production halieutique continentale ; (2) Relance du sous-secteur de l’élevage et (3) Appui au renforcement des capacités et coordination du secteur.
 
Pour la promotion des cultures vivrières stratégiques, des cultures d’exportation et production halieutique continentale, que prévoit le PASA ?
Un appui au développement des filières vivrières
 
Cet appui vise à favoriser le développement de la production alimentaire et la structuration de filières clés en créant des mécanismes innovateurs et pérennes axés sur le marché.
Trois (03) sont ciblés. Il s’agit du riz, du manioc et du maïs.
Stratégie de mise en œuvre : développer des partenariats entre les organisations de producteurs, les distributeurs d'intrants, les grossistes, les transformateurs, les institutions financières et autres prestataires de services.
Que fera concrètement le PASA pour appuyer le développement des cultures vivrières ?
Le PASA va :
Soutenir le développement du modèle ESOP
Il s’agit de d’accompagner le développement de formes de partenariats durables entre producteurs agricoles organisés et entrepreneurs pour la valorisation et la commercialisation des produits vivriers. Pour cela :
20 ESOP seront créées au profit de 14 000 producteurs dont
-      10 ESOP usinage du riz pour la transformation de 5.000 tonnes de riz par an
-      10 ESOP autres produits (soja, etc.)
 
Appuyer le développement d’opérations pilotes de  warrantage au profit des producteurs céréaliers (particulièrement le maïs et le sorgho) :
Actions :
•    Création d’environ 20 structures opérationnelles de warrantage du type « centre d’agrobusiness », qui traiteront à peu près 1.500 tonnes de céréales par an.
Bénéficiaires : Environ 5.000 producteurs
Des initiatives innovatrices permettant d’améliorer l’accès au marché d’autres produits (exemple: fruits et légumes) soutenues sur la base d’un fonds compétitif
Maillons ciblés : la transformation agro-industrielle et les initiatives de commercialisation de produits comme les tubercules, les fruits, les légumes.
Actions : soutien d’environ 20 initiatives, qui profiteront directement à environ 20 PME, basées sur des formes de partenariats entre producteurs, transformateurs, et commerçants.
Bénéficiaires : Environ 2.000 agriculteurs seront les bénéficiaires directs de cette activité.
Des campagnes d’information et de communication dans le but de promouvoir les produits alimentaires du Togo sur les marchés locaux et régionaux, par le bais de subventions.
Objectif : promouvoir les produits alimentaires locaux et à donner aux consommateurs des informations sur les différentes possibilités d’utilisation de ces produits dans l’alimentation.
Bénéficiaires directs : acteurs des filières des produits alimentaires dans le cadre de partenariats mis en place entre différents acteurs (industriels, semi-industriels ou artisanaux) porteurs de ces initiatives.
Environ 10.000 producteurs de diverses filières vivrières seront concernés de façon indirecte.
Appui aux cultures d’exportation
Il s’agit du coton, du café cacao et des cultures de diversification.
Pour le coton,
Le PASA appuyera la mise en œuvre du plan de renforcement des capacités élaboré par l’organisation des producteurs (FNGPC) – Appui à 5 Unions régionales, les 26 Unions locales (Unions préfectorales) et les 1.000 groupements villageois afin de leur permettre de :
◦      Restructurer les groupements afin de les recentrer sur les producteurs de coton et de les doter d’outils de gestion interne indispensables.
◦      Jouer pleinement le rôle qui est dévolu à l’organisation des producteurs par le cadre de régulation de la filière ;
◦      Dynamiser le milieu rural en faveur de la relance de la production de coton, => 65 000 producteurs en 2010 à 120 000 au moins en 2015 ;
◦      Participer efficacement à l’interprofession ;
◦      Jouer son rôle d’actionnaire au sein de la NSCT
Pour le café/Cacao
Il s’agit d’appuyer la relance des filières café-cacao pour en augmenter la productivité, la qualité et la valeur des productions exportées.
Résultats
•    Régénération des plantations => 2/3 des plantations existantes, soit 12 000 ha de cacaoyères et 26 000 ha de caféières
Activités
•    Remodelage et renforcement du dispositif d’appui- conseil agricole café/cacao ;
•    Fourniture du matériel végétal ;
•    Renforcement de l’organisation des producteurs et de l’interprofession.
Pour les cultures de diversification
Le PASA compte financer, à travers un mécanisme de fonds compétitif, 15 microprojets visant à développer les exportations non traditionnelles.
Sont visées, les cultures horticoles ou l’arboriculture, sur lesquelles des créneaux de marchés prometteurs ont été identifiés.
Appui à la production halieutique continentale
Appui au développement de l'aquaculture, ainsi que le financement de l'assistance technique dans la gestion des pêches pour aider le personnel de la DPA et les pêcheurs à mieux appréhender la gestion des petits plans d'eau pour optimiser la pêche.
Pêche continentale :
Actions :
•    Formation des pêcheurs et les vendeurs de poissons pour participer à la collecte et à l'évaluation des données de la pêche, et élaborer des plans de gestion conjoints;
•    Appui pour l'achat de kits d’analyse de la qualité de l’eau et des filets d'échantillonnage ;
•    Achat et transport des alevins (principalement des tilapias).
 
•    Financement de la formation des propriétaires et gestionnaires des écloseries en vue d’améliorer la conduite des poissons vivants et les méthodes de transport.
 
•    Rénovation du centre d'alevins d’Agbodrafo sur le Lac Togo ;
•    Des séchoirs/fumoirs à poisson améliorés seront financés par le biais de subventions issues d’un fonds compétitif ;
•    Organisation de visite d’échange au Nigeria pour apprentissage des techniques de fumage/séchage au profit de la DPA et les propriétaires de fumoirs de poisson.
•    achat et la fourniture de 1.200 filets maillants avec un maillage réglementaire.
Aquaculture:
Une série de démonstrations en exploitation sera financée en partenariat avec des exploitants choisis, pour fournir des exemples et des références concernant les différentes options existantes en production aquacole, pour le Tilapia et le poisson-chat Clarias (production à base de provende en étang à eau statique, production à base de provende en cage ou en bassin, et option de polyculture à base de sous-produit agricole plus engrais). Ces sites de démonstration se transformeront en site de formation. Le projet appuiera les efforts visant à accroître l'offre et l'accès à 5 «intrants critiques» nécessaires au développement de l'aquaculture: information, alevins, nourriture, financement et marchés.
 
Pour la relance du sous-secteur de l’élevage, quel appui le PASA apportera t-il?
Le PASA a ciblé des espèces à cycle court notamment les petits ruminants et les volailles. Concrètement, le PASA procédera à :
La recapitalisation à l’aide des géniteurs améliorés disponibles au niveau local
Cela permettra une amélioration de l'accès des éleveurs aux géniteurs et aux coqs améliorés locaux et une augmentation des performances zootechniques des animaux produits. Pour y parvenir, le PASA va :
•    Construire deux (2) centres de quarantaine à la station de Kolokopé
•    Rénover les centres de transit de Namiélé et d’Avétonou;
•    Appuyer l’achat d'animaux à la fois à l'intérieur du Togo, à l'ITRA et dans les pays voisins ;
•    Appuyer l’inspection des animaux importés à la frontière,
Au total, 7 000 boucs améliorés (touareg) et béliers (Djallonké) et 6 000 coqs améliorés seront distribués aux éleveurs qui auront amélioré les abris pour animaux et les détenteurs d'au moins 10 têtes.
L’amélioration de la santé animale
Le PASA va :
•    Appuyer une campagne massive pour le déparasitage et la vaccination contre la maladie de Newcastle pour les volailles et la peste des petits ruminants (PPR) pour les chèvres et les moutons
•    former et équiper 1.100 agents d'élevage (AVE) et 2.000 nouveaux AVE;
Sous quelles conditions vos animaux seront-ils vacciner ?
Frais de vaccination : 50 F CFA / volaille et 100 F CFA/ petit ruminant.
Cependant, pour la 1ère année, la vaccination sera gratuite.
Au total, près de 9,7 millions de poulets seront déparasités et vaccinés contre la maladie de Newcastle et 2,5 millions de petits ruminants (chèvres et moutons) seront déparasités et vaccinés contre la peste des petits ruminants.
L’amélioration des techniques d’élevage traditionnel dans les ménages pauvres
Cette action permettra d’améliorer l'élevage traditionnel des ménages les plus pauvres et à réduire les lourdes pertes d'animaux dues aux  maladies, aux prédateurs et au vol. Le PASA va donc :
•    former 125 formateurs  qui formeront à leur tour un total de 3.000 conseillers agricoles et des éleveurs progressistes ;
•    Appuyer la construction d’abris améliorés notamment  6.000 poulaillers et 7.000 enclos de petits ruminants à travers la fourniture de matériaux de construction ainsi que d’équipements (abreuvoirs et mangeoires). .
Pour l’appui au renforcement des capacités et coordination du secteur
Il s’agit de renforcer la capacité du MAEP à coordonner efficacement la mise en œuvre de ce projet financé par la Banque et de gérer PNIASA, tout en assurant la transition vers une approche sectorielle à part entière dans l'avenir


Video
Newsletter
@
Suivez-nous sur facebook