Atelier régional de renforcement des capacités des OSC-Médias pour la formulation des priorités de résilience au Sahel et en Afrique de l’Ouest
Une cinquantaine de participants venant du Bénin, du Burkina Faso, du Cap Vert, de la Côte d’Ivoire, du Ghana, du Libéria, du Mali, de la Mauritanie, du Nigéria, du Sénégal et du Togo, ont pris part à un atelier régional qui s’est déroulé du 04 au 08 Mai 2015 à l’Hôtel Bel Azur de Grand-Popo (Bénin). Organisé conjointement par la Coordination OSC-ECOWAP/PDDAA et le ROAC, il s’inscrit dans ce cadre et bénéficie de l’appui catalytique apporté par le CILSS et ses partenaires notamment l’UE, la Cellule technique AGIR (CT-AGIR), cette rencontre à permis de construire et de renforcer les capacités des acteurs de la société civile en matière de contrôle citoyen de l’action publique et des journalistes économiques en matière de la veille citoyenne. Il s’agit pour les hommes des médias d’insister sur les limites professionnelles et déontologiques qu’un journaliste citoyen et engagé peut se servir pour véritablement s’engager dans ce domaine précis, sans piétiner les règles de son métier.
Plusieurs thématiques étaient inscrits dans l’agenda des travaux  pour renforcer les capacités des participants notamment : les enjeux actuels de politique agricole et de sécurité alimentaire en Afrique de l’Ouest et les chantiers en cours dans le cadre du processus ECOWAP/ CAADP ; AGIR et la définition des priorités de résilience en Afrique de l’Ouest : Etat d’avancement et perspectives, etc. Ainsi, pendant cinq (05) jours, les capacités renforcées seront mises en contribution pour accompagner les acteurs au niveau des pays à formuler les priorités de résilience et à mettre en œuvre les politiques agricoles et de sécurité alimentaire en Afrique de l’Ouest.   
La rencontre a été riche en personnes ressources dont le Président d’honneur de ROPPA M. Cissoko, qui a souligné que « Il est important d’analyser les causes, pourquoi chaque fois nous sommes confrontés aux catastrophes récurrentes et quelles sont les possibilités conjoncturelles et structurelles pour pouvoir les maîtriser ».
Rappelons que c’est suite au constat qui a été fait selon lequel la région du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest est souvent confrontée à des inondations et des sécheresses qui influencent fortement les fluctuations des prix des produits locaux sur le marché national et international. D’où l’insécurité alimentaire à laquelle sont exposées les populations de l’espace régional.
Le Togo a été représenté par une équipe composée du représentant du Secrétaire général du MAEP, les représentantes de la société civile : Mme Esso Elise, Mme QUENUM Claire et Mme BAHI du GF2D, la CTOP par M. FIKOU Lionel membre de l’équipe de rédaction du document PRP du Togo, chargé du suivi-évaluation et communication puis de trois journalistes. Le Togo faisant parti des premiers pays à finir la rédaction du document PRP Pays, a présenté son expérience de la participation active de la société civile à ce processus.


Video
Newsletter
@
Suivez-nous sur facebook